Un hiver qui sent le départ…

L’épidémie de Covid aura retardé notre départ d’un an, ce qui quelque part aura eu du bon: nous permettre de fignoler la préparation de Jade, et puis la nôtre. On passe l’hiver à prendre des forces pour mieux faire éclore notre projet au printemps. Comme les p’tites fleurs.

 

19 décembre 2020, 21h10 – Retour sur Jade, La Rochelle, après un mois et demi de confinement

Arrivés vers 14h30 sur l’esplanade Tabarly. « Happy » joue à fond dans la voiture. Serait-on… contents?

A peine les premiers bagages déchargés à bout de bras depuis le quai jusqu’au ponton, les voisins du C5 passent nous saluer les uns après les autres. Abdel a trouvé un nouveau bateau. Sandra a quitté sa béquille. Marina se bat toujours avec ses réservoirs de gasoil. Olivier résout les soucis électriques d’un peu tout le monde. Wafaa veut courir avec moi. Ils ne savent pas encore qu’une boîte d’authentiques chocolats Daranatz du pays basque les attend dans nos sacs. On ferait presque petite famille, là, tous.

Jade va bien, rien à signaler. Les panneaux solaires ont fait le job: 100% de charge à l’arrivée, de quoi remplir illico le frigo des restes – pantagruéliques – du dîner d’hier avec Edith, Claire, Roger, Philippe – les voisins de Biarritz. Un peu de temps pour retrouver nos repères: les verres cachés dans la table du carré, les casseroles rangées dans le placard-tout-en-bas-accessible-qu’à-genoux, les toilettes qui se vident à coups de pompe… Quelques travaux réalisés en notre absence (grand luxe) : moteur révisé et remonté, potence en inox fixée sur la jupe arrière pour manipuler plus facilement le nouveau moteur hors-bord – plus lourd que le précédent.

Welcome back home.

 

 

21 décembre 2020, 16h45

Aujourd’hui, test du poêle à gasoil. Modèle Refleks 200K, prévu pour chauffer jusqu’à 100 m2. On l’a pris surdimensionné exprès, en pensant à l’Antarctique en été. Pour la Charente en hiver, on devrait être bons.

Au bout de dix minutes, il commence à faire chaud. Pas du tout la même chaleur que les radiateurs électriques. Quelque chose de plus doux, de plus rond. Une chaleur qui enveloppe.

Toutes les deux minutes, la paroi du truc fait « clong ». Christophe me dit que c’est normal: le poêle est en train de se faire. La vivacité de la flamme, à l’intérieur, ne me dit rien qui vaille. Re-clong. « Boah on peut le baisser au minimum non, il fait pas si froid? » Au bout d’une demi-heure, on tombe les pulls. Ce soir, la casserole de quinoa sera cuite « au poêle ».

 

24 décembre 2020, 19h20

Ce soir, Noël à deux à bord de Jade. J’ai insisté pour qu’on achète une guirlande – l’année prochaine, Noël en Martinique, il faudra bien faire péter un peu la déco! Les toasts de foie gras et le plateau de fruits de mer trépignent d’impatience sur la table du carré. Un peu plus tôt, les voisins sont passés nous apporter des chocolats. On n’avait pas prévu de dessert.

Dehors, la tour Saint Nicolas rayonne de tous ses créneaux. Les poutres du pont du Gabut s’éclatent en bleu fluo. Il fait -2°C. Dedans, la chaleur du poêle et quelques verres de vin nous montent gentiment à la tête. Et la voix de Jean Gabin nous surprend, surgie des limbes logarithmiques de Deezer : « le jour où quelqu’un vous aime, il fait très beau ».

 

 

1er janvier 2021, 00h15

Premier jour de cette fameuse année qui nous verra partir.

A 23h55, silence total dans le bassin des chalutiers. Sur la péniche d’en face, cinq jeunes gens sont montés sur le toit. A minuit moins dix secondes, ils commencent le décompte. Un feu d’artifice explose quelque part vers les Minimes, invisible d’où nous sommes. Et une corne de brume. Puis deux. Puis trois. Christophe court chercher la nôtre (portative) dans la table à carte – l’occasion d’un test, encore! Au son du pouet (NOTRE pouet) un grand sourire fend son visage. Et pouet-pouet-pouet! Sous l’éclat de la lune presque pleine, ses yeux ont six ans.

 

2 janvier 2021, 10h30

Ce matin, -3°C sur La Rochelle. Dans deux jours, le port nous coupera l’eau pour ne pas qu’elle gèle et explose les tuyaux.

On est allés marcher. Ça glisse drôlement, un ponton verglacé. Devant le phare du Bout de Monde noyé dans la brume, j’ai demandé à Christophe de faire s’envoler les mouettes, pour la photo. A peine bougé une plume. Transies de froid sur le sable gelé. « Même pas peur », qu’elles disaient.

 

 

3 janvier 2021, 21h30

Cet après-midi, trié des boulons par ordre croissant de taille pendant deux heures. Une activité que je ne connaissais pas. Dont, à dire vrai, je ne soupçonnais même pas l’existence.

 

4 janvier 2021, 18h40

Cet après-midi, changement important sur le pont avant de Jade : on fait installer deux balcons de sécurité en pied de mât. Vincent et Joss travaillent pratiquement sous la neige, leurs doigts rouges en lutte constante avec les écrous.

Jade change de gueule. Elle se transforme en baroudeuse. Elle nous regarde un peu de haut et elle nous dit: « Vous voulez de l’aventure? Bougez pas, je vous en donne ».

Du calme ma belle. On part bientôt.

 

14 janvier 2021, 7h

Départ de nuit, au petit matin, pour une bonne journée d’hiver en mer… et en vidéo!

 

Et en bonus, un petit entraînement d’homme à la mer dans le Pertuis d’Antioche par -3°C!

 

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.