Dans le trou à cyclone de Taravao

Dernières semaines à bord de Jade. Objectif: l’amener à bon port à Taravao, une baie très protégée située entre Tahiti Nui, la grande île, et Tahiti Iti, la Presqu’île. Avons quelques jours devant nous pour la préparer à notre départ… sous la pluie. Une sorte de micro-climat dont, il est vrai, on nous avait parlé…

 

 

 

 

9 octobre 2023 – Départ de Huahine, Iles Sous-le-Vent

10 heures – Un départ tout doux comme on les aime : la bonne odeur du cake-de-nav qui emplit le carré, l’amarre qui glisse dans l’anneau de la bouée sans résistance, le moteur qui ne bronche pas dans la passe, la grand-voile qui se hisse face au vent dans une fluidité presque déconcertante. Après un peu plus de deux ans de navigation, on apprécie ce genre d’enchaînements heureux à sa juste valeur. Le soleil brille, la mer est plate (nous sommes encore sous la protection de Huahine), le vent nous souffle 15 petits nœuds au travers (plus tard, ce sera au près). Huahine défile lentement sur bâbord, ceinturée de sa fumée d’embruns. Notre dernière « grande » navigation avant que Jade n’aille prendre ses quartiers pour quelques mois à Tahiti.

 

 

11 heures – Nous voici au près. Houle d’1m50, nous passons la pointe Sud de Huahine. Jade gîte comme ça faisait longtemps : me cale bien sur mon siège, gilet de sauvetage sur le dos. Pas connu ces mouvements depuis un bail (peut-être depuis les Antilles).  Pas super à l’aise, mais avec une certitude : 15 nœuds au près pour Jade, c’est de la gnognotte.

15 heures – Virement de bord : piquons désormais plein Nord, cap 10 degrés, soit pas du tout dans la bonne direction. Depuis le début du voyage, ces navigations complètes au près ont été très rares : la plupart du temps, avons eu le loisir d’attendre une bascule de vent qui nous soit favorable. Aujourd’hui, n’avons pas ce luxe. Direction plein Nord alors que notre objectif, Moorea, est au Sud-Est.

21h30 – Me suis assoupie 30 minutes pendant mon quart (ce qui ne m’arrive jamais, si si, juré). C’est que ma crève d’il y a deux semaines a décidé de se réveiller. Assoupie donc, et quand j’ouvre les yeux, le Grand Princess, 290 mètres de long, passe tous feux dehors juste devant nous. Cru quelques secondes à un rêve qui se prolongeait, avant de courir vers la carte : huit milles nous séparent du mastodonte. Ouf.

 

 

10 octobre 2023 – Arrivée à Moorea

3h30 – De nouveau sur un bord Nord. Le vent faiblit, moins de 10 nœuds à présent : notre vitesse tombe à 3 nœuds. Toute cette histoire de bords en tous sens va finir au moteur, je le sens. A l’avant tribord, un mince croissant de lune orange vient de se lever.

Midi – Jeté l’ancre à l’entrée de la baie d’Opunohu, devant la plage. Un après-midi pour récupérer un peu, et mieux repartir la nuit prochaine vers Papeete. Les employés de la marina, qui nous connaissent bien à présent, nous disent qu’il y aurait demain une place pour nous. Les copains de Pilgrim et Joséphine sont au taquet pour confirmer.

 

11 octobre 2023 – Navigation Moorea-Tahiti

4h45 – On lève l’ancre pour Papeete.

5 heures – Scintillement rouge, scintillement vert. Jade se dirige en silence vers la passe de sortie de la baie d’Opunohu. Derrière elle, les immense pics en dents de scie émergent à peine du jour: colosses dressés entre la faible lueur rose qui se lève sur Tahiti, et nous. Envie, encore et encore, d’arpenter ces vallées profondes semées d’ananas. Heureusement, ceci n’est pas un adieu. Dans quelques mois, après notre pause en France, les îles seront toujours là. « Je reviendrai à Moorea ».

15 heures – Jade est calée en D12 ! Il nous aura fallu une matinée pour trouver le voilier au départ qui nous a gentiment laissé sa place. Demain, on entre dans le vif du sujet.

 

 

12 octobre 2023 – Marina de Papeete, Tahiti

15 heures – Nouveau passeport : mission accomplie ! Christophe, lui aussi malade à présent, s’est trainé jusqu’à la mairie d’Arue en plein cagnard sur le vélo prêté pour l’occasion par Laurence, et le miracle a eu lieu : il peut à nouveau voyager. On fête ça en s écroulant pour la sieste.

 

Mission passeport accomplie!
Mission passeport accomplie!

 

14 octobre 2023 – Marina de Papeete, Tahiti

22h05 – Venons de dire aurevoir à nos amis Pauline, Yann, Laurence et Manu, lors d’une mémorable après-midi et soirée d’anniversaire. « À dans six mois, profitez bien du froid en France ! ». Ça fait tout drôle… Demain, Jade prend la direction de Taravao. Le compte à rebours est lancé.

 

 

15 octobre 2023 – Mouillage dans la baie de Port-Phaëton, Taravao, Tahiti       

Taravao. Nous y voici. Après l’agitation de cette journée – 7 heures de navigation au moteur emplies par une piste d’aéroport à passer, un plein de gasoil à faire, une passe agitée à traverser, une houle de face à gérer, une baie nouvelle à slalomer – ce soir, le silence. L’immobilité d’un miroir d’eau noire. Quelques phares de voitures qui passent sur la route qui longe la baie. Une petite bruine, aussi.

Avons la journée de demain devant nous pour nous préparer à prendre notre place en marina : repérages à terre et visite à Yvan, le responsable de la marina, qui devrait normalement nous confirmer notre entrée au port demain. Si ça n’est pas le cas, le capitaine a prévenu : ce sera direction le Chili, comme dans nos plans initiaux. Un mois de mer sans préavis.

 

Jade, en route vers Taravao depuis Papeete, est un petit point rouge qui descend tranquillement la côte-sous-le-vent de Tahiti par ce beau dimanche ensoleillé (et sans vent). Merci à Isabelle pour la photo!
Jade, en route vers Taravao depuis Papeete, est un petit point rouge qui descend tranquillement la côte-sous-le-vent de Tahiti par ce beau dimanche ensoleillé (et sans vent). Merci à Isabelle pour la photo!

 

 

16 octobre 2023 – Mouillage dans la baie de Port-Phaëton, Taravao, Tahiti

11 heures – On a bien fait de passer ! En longeant les pontons de la marina tout à l’heure afin de rejoindre le bureau d’Yvan, le gérant à peine rentré d’un mois et demi de congés en France, il nous semblait bien qu’il n’y avait aucun espace de libre… « En mon absence, des bateaux sont rentrés sans avoir été inscrits nulle part, et d’autres qui devaient partir ne sont pas partis ». Plaît-il ? « Vous pourrez m’aider à bouger le petit Amel, demain matin ? Comme ça vers midi, à la marée haute, vous prenez sa place ». No  problem, Yvan. On t’aide à ce que tu veux.

15h50 – Il pleut sur Taravao. On nous avait prévenus : meilleur trou à cyclone, mais également légendaire « pot de chambre » de Tahiti.

Venons de dire aurevoir à mon père, venu jusqu’ici depuis Papeete rien que pour déjeuner en notre compagnie. Demain, il finit son périple polynésien par un envol vers les Marquises.

Avons également fait aujourd’hui la connaissance de Muriel, qui gardera un œil sur Jade en notre absence. Sa mission première : aérer le bateau et mettre en route le déshumidificateur une fois par semaine, puis démarrer le moteur et le groupe électrogène une fois par mois. Avons acheté au Carrefour du coin anti-cafards et mort-aux-rats (second fléau des lieux, a priori, après l’humidité ambiante). Allons faire notre possible, dans les jours à venir, pour que ce séjour de quasi six mois de Jade dans l’un des endroits les plus pluvieux de Polynésie soit le plus indolore possible.

20 heures – Epuisés. Christophe a voulu profiter de cette fin de journée au mouillage sans vent pour retirer le génois… qui ne voulait pas descendre. Le capitaine s’est retrouvé à faire le singe dans les haubans au soleil couchant. Moi, en nage en bas sur le pont, je courais de la manivelle de winch à l’enrouleur du génois, puis réciproquement. Certaines vis minuscules du profilé de l’enrouleur de génois s’étaient dévissées et l’empêchaient de coulisser. Une fois le souci résolu (il nous a fallu une bonne heure), restait encoure à tout plier et ranger.

Si chaque point de notre « to do list » des jours à venir nous cause autant de soucis, on n’est pas rendus.

 

 

17 octobre 2023 – Taravao

6h15, mouillage de Port-Phaëton –Toute la nuit j’ai rêvé, en boucle avec des variantes, que Jade ne rentrait pas dans sa place en marina. « Ah mais il fait 46 pieds, votre bateau ? J’avais mal compris, c’est beaucoup trop GRAND ! ». Nous savons que Jade sera l’un des voiliers les plus imposants de la marina. Qu’il faudra certainement s’appuyer sur le bateau d’à côté, avec pléthore de pare-battages, pour espérer négocier le virage dans la place, le chenal étant très étroit. Qu’avec ses deux mètres de tirant d’eau, Jade rentrera au chausse-pied – et encore, au plus haut de la marée – avant de gentiment poser ses deux quilles sur le fond de vase. Si tout va bien.

 

 

18h30, marina de Taravao – Ça y est, je commence à réaliser. Dans quelques jours, nous allons laisser Jade.

Avons entrouvert la porte, cet après-midi, d’un nouveau petit monde : celui sur lequel règne Yvan, gérant des lieux, et qu’habitent des plaisanciers en moyenne beaucoup plus roots et aventuriers que ceux de la marina de Papeete. Sommes surpris par le nombre de voiliers en aluminium qui nous entourent. Certains reviennent ici tous les ans, à l’instar de Marie et Yves, deux bateaux plus loin, bourlingueurs au long cours, qui ont a priori beaucoup de choses à nous apprendre sur la Patagonie… Et qui ont un chat à bord. Qui ne doit pas hésiter, cela va sans dire, à venir explorer le pont de Jade en notre absence.

 

Nous recevons la visite-surprise de Stéphane, qui travaille à la brigade de gendarmerie de Taravao et nous suit sur les réseaux depuis notre départ de La Rochelle. Jade sera décidément sous bonne garde!
Nous recevons la visite-surprise de Stéphane, qui travaille à la brigade de gendarmerie de Taravao et nous suit sur les réseaux depuis notre départ de La Rochelle. Jade sera décidément sous bonne garde!

20 octobre 2023 – Marina de Taravao, Tahiti

8 heures – Grasse mat’ jusqu’à huit heures. Conséquence directe de l’apéro d’hier soir avec Marie et Yves. Avons découvert un couple étonnant, certainement les plus grands voyageurs que nous ayons croisés depuis le début de notre périple. Elle médecin, lui dans l’informatique. Sur la mer depuis leur rencontre en 1981 à Abidjan, chacun sur son bateau. Travail de pays en pays pour renflouer régulièrement la caisse de bord, largage des amarres dès qu’elle leur semblait suffisamment remplie. Côte d’Ivoire, Gabon, Guyane, Brésil, Argentine, Chili, Polynésie, Alaska, Japon… Canaux de Patagonie, bien sûr, quatre fois, à deux. Et avec ça, une humilité à toute épreuve.

Aujourd’hui, grasse mat’ aussi car nous avons bien avancé, ces derniers jours : dégonflage, rangement et bâchage des deux annexes sur le pont, pliage et rangement définitif du génois, rangement de toutes les écoutes et poulies, rinçage et rangement des deux moteurs hors-bord, pose des pièges à nuisibles de tous poils, nettoyage et rangement du taud, grand ménage général. Restera à sortir les deux rouleaux d’amarres qu’Yvan souhaite avoir à sa disposition en cas d’alerte cyclonique.

« On dirait qu’il pleut », me dit Christophe. Des seaux de flotte.

 

 

21h30 – Fin de journée « sociabilisation ». En allant chercher notre lessive chez Mado, qui gère surtout la voilerie locale, avons été alpagués par l’équipe de l’ « apéro du vendredi » : Mado, bien sûr, et autour d’Yvan et sa bière fraîche, les responsables du club de voile, du club de plongée, du chantier d’à côté. Avons enchaîné avec un verre, à bord de Jade cette fois, avec une star du monde de la voile : Alain Kalita et sa compagne Corinne. Leur voilier, Naïla, fabriqué-maison il y a 36 ans, est à sec ici depuis hier, en préparation de leur traversée prochaine vers… la Patagonie.

Une marina d’aventuriers, on vous dit.

 

 

21 octobre 2023 – Marina de Taravao, Tahiti

8 heures – Il fait BEAU. Est-ce possible ? On part demain, il était temps.

 

 

20h15 – Dernière nuit à bord de Jade. Derrière le vrombissement du ventilateur au-dessus du lit, les coassements de quelques grenouilles et les crissements de quelques insectes, dehors. C’est tout. La baie de Taravao dort.

Le frigo est vide. Le bateau est prêt. Demain, nos amis Isabelle et Patrick viennent nous chercher, nous et nos sacs. Déjeuner en leur compagnie puis, quelques heures plus tard, prendrons la direction l’aéroport de Papeete.

La bizarrerie de laisser Jade, notre maison, derrière nous, est légèrement compensée par la perspective de la revoir dans un mois seulement. Cinq semaines. C’est le temps que nous nous sommes donné pour aller faire équipiers sur un bateau-copain entre les îles Fidji et la Nouvelle-Zélande – dernière aventure avant de rentrer se poser en France pour quelques mois. Dans nos sacs, pour la première fois depuis longtemps, avons prévu polaires et bonnets… Y’a plus qu’à!

 

Dernière journée ensoleillée à Taravao. On retrouve Jade dans un mois!
Dernière journée ensoleillée à Taravao. On retrouve Jade dans un mois!

9 Comments

  1. magnifique!
    on n’aura pas eu l’occasion de se dire un enieme au revoir 🤣!
    bon vol, embrassez fort les amis la bas!
    hate de vous revoir.
    Ev & Didier
    MINTAKA***

  2. C’est chouette : jamais les mêmes journées ! Un coup devant les immeubles flottants, l’autre au calme du bout du monde … Profitez bien de cette nouvelle aventure !

    On espère que vous aurez le temps d’un tour en NZ !
    > Auckland ; Bay of Plenty ; Rotorua ses sources d’eau chaude et sa superbe forêt ; la Péninsule de coromandel, théâtre du Monde de Narnia … mais aussi au dessus d’Aukland, les grandes plages de sable, la forêt des derniers Kauris … Tout un monde à découvrir !

    Si envie de plus de détails ou d’une idée de circuit ; n’hésitez pas à me dire !

    Have fun !!!

  3. Quelles dernières journées sur Jade !! Mais la suite de votre périple va être grisant aussi. La balade de Jade se met-elle aussi au repos ou allez-vous continuer à mettre des mots sur votre voyage, la balade sans Jade ?

  4. en regardant cette secance ca permet de retrouver des copains comme yves et marie et d autre sur les photos . notre monde est petit …

  5. Content de vous savoir bien arrimes au port et pres pour un nouveau trip pour la Nouvelle Zelande

    Au plaisir de se revoir bientot
    Patty & Hugo

  6. Wow génial profitez bien de cette nouvelle balade sans Jade… on a hâte d’avoir le récit de ce périple bon vol et on se voit probablement à Noël
    Bises

  7. Super ce voyage. A présent une petite pose. N’oubliez pas de nous donner tous les infos pour notre rendez vous en 2024 en terre de feux. Il faut qu’on anticipe sur le matos à acheter et les billets d’avion. Bises à vous deux

  8. Bonjour,
    Quel bonheur de naviguer avec vous ! Ai été en poste à Huahiné …ai navigué dans les mêmes eaux..en garde encore des souvenirs émerveillés..
    Merci à Thierry de m’avoir indiqué votre blog! Bon vent à vous !
    Sy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.